Voart logo Menu

Traces | Série vidéos (9-11)

TRACES est une série de douze vidéos expérimentales qui s’affranchissent de l’instant présent. Le passé proche du sujet choisi (et uniquement celui-ci) est conservé à l’écran pour révéler son chemin. La trace photographique, perdue avec le film, est ainsi réintroduite en art vidéo pour matérialiser le mouvement.

A l’instar de Muybridge qui, en 1878, avait démontré grâce à une chronophotographie que le cheval au galop n’avait jamais les quatre pattes en l’air simultanément, les vidéos de Jean-Michel Rolland mettent en lumière un autre aspect du mouvement : son itinéraire dans l’espace.

En l’absence de persistance rétinienne suffisante, les vidéos de TRACES révèlent une réalité invisible : le parcours dans le temps et l’espace d’un sujet en mouvement.

TRACES | Waste

Déchets métalliques colorés, délavés par la pluie, distillés dans le sol.

Durée 4mns 08s, 2018

TRACES | La roue

“La roue” est un timelapse conçu à partir de 160 clichés photographiques pris en l’espace de dix jours. Le traitement informatique appliqué aux images successives laisse une part importante à la transparence et confère ainsi au paysage recréé une esthétique postimpressionniste.
Dans la nuit, un son inquiétant accompagne l’apparition de taches impressionnistes qui prennent forme, intrigantes. Lentement, ces éléments épars s’assemblent sur un paysage obscurci. L’homme est absent du décor mais son activité fait se dresser dans le ciel qui s’éclaircit des barres verticales : une roue se construit. L’aube touche à sa fin quand l’architecture géante du manège se révèle dans sa superbe solidité, dessinant dans l’espace un graphisme façon Dufy.

Durée 2mns 32s., 2018

 

TRACES | Beijing bicycles

Beijing Bicycles est le souvenir poétique laissé sur l’artiste par les milliers de vélos qui circulent dans Beijing. La ronde infinie des images se métamorphose, passant lentement d’une forme indéfinie à celle – construite – des cyclistes, sans jamais s’attarder sur le cliché original.
Le spectateur peut se sentir frustré par le survol rapide de la photographie initiale, tandis que les pixels s’échappent déjà en suivant la logique qui est la leur : celle des couleurs.
C’est que la contemplation de l’image reconstituée n’est pas le but, ce qui compte, c’est le voyage du regard d’une forme à une autre.

Durée 4mns 11s 2020

Jean-Michel Rolland

 

Longtemps musicien et peintre, insatisfait du manque d’unicité lié à la pratique de deux disciplines difficilement conciliables, Jean-Michel Rolland se consacre depuis 2010 aux arts numériques pour que se rencontrent ses deux médiums de prédilection : le son et l’image.

A travers l’image animée sous différentes formes (art vidéo, art génératif, performances audiovisuelles, installations interactives), il propose de nouvelles réalités au monde qui nous entoure en intervenant sur la notion de temporalité et sur la dualité inhérente aux arts numériques : la confrontation entre le son et l’image.

Lien sur le site de l’artiste

Grâce à la participation des collaborateurs suivants