Voart logo Menu
Crédit photo : David Wong

Ctrl : N

04 mars 2021

6:30 -> 7:15

Entrée libre - sur réservation

Ctrl:N vous plonge dans une co-création interactive avec la danseuse et chorégraphe Audrey Gaussiran. Accompagnée de Philippe Beaudin (musicien) et Francis Lecavalier (artiste numérique), la danseuse s’inspire de votre imagination et de vos idées singulières. Armé de votre cellulaire, vous serez invité à participer en envoyant des textos qui seront projetés à l’écran en direct.

Prenant place dans le cadre de l’exposition REVANCHE de Sylvie Laurin, une exposition percutante livrant un message sociétal des impacts du pétrole sur l’environnement. Que répondrez-vous à : Qu’est-ce qui vous touche dans les enjeux environnementaux ? Qui en est affecté? Comment mettre ses sujets en mouvement? Ainsi, dans un flamenco contemporain métissé, l’artiste engage un dialogue créatif et numérique avec vous.

COVID-19 – Les consignes en vigueur pour une visite sécuritaire à VOART durant la performance sont les suivantes : réservation d’avance, lavage des mains à l’entrée; distanciation physique; place assignée, parcours dirigé; limite de 15 personnes assises; le port du couvre-visage est obligatoire.

Chorégraphe :

Audrey Gaussiran

Fascinée par une pluralité de formes de danse, Audrey Gaussiran se forme dès son jeune âge auprès de maîtres au Brésil, à Cuba, à New York et en Espagne. Elle complète ses études au Conservatoire de danse de Montréal (2007), intégrant le ballet classique à sa formation éclectique.

Son parcours d’interprète, souvent combiné à des collaborations chorégraphiques, amène Audrey à consacrer de plus en plus à ses propres élans créatifs. Elle signe Le 2e sexe en 2014 au Festival Fringe de Montréal et, entre 2015 et 2017, réalise Portraits dansés, sept courts métrages qui lui valent une nomination pour l’Oeuvre de l’année du Conseil des arts et des lettres du Québec (2019). Suivent les créations Corrida (2017) et Ctrl:N (2019), deux solos qu’elle présente actuellement en tournée, plongeant d’un côté dans une guerre métaphorique et de l’autre dans la démocratisation de l’art grâce au numérique.

La création de cette œuvre a été rendue possible grâce à l’appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la Ville de Laval.